LABELLE-ÉCOLE

C’est comme médiatrice que Maroussa Leclerc participe à la création de Labelle-école en 2013. Elle participe à cette occasion à la rédaction de deux carnets pédagogiques Le goût des mots (2014) et Entrez dans la danse (2105). Aujourd’hui elle change de casquette, et y intervient comme artiste comédienne.

Initiée par l’association Écarts au sein d’Anis Gras (Arcueil), Labelle-école est une plate-forme ouverte et gratuite d’enseignement et d’expérimentation par l’art, construite de manière collective et collaborative par des enseignants, des artistes et des acteurs pédagogiques pour des élèves, de la maternelle au lycée.

… MAIS ENCORE ?

  • Chaque année scolaire, Labelle-école met en relation des enseignants et des artistes qui élaborent ensemble des ateliers (ou modules) pédagogiques et artistiques visant à entre-mailler le plus activement possible les programmes scolaires, la pratique de l’art et les dynamiques de transmission et d’apprentissage.

  • Labelle-école permet la rencontre de l’art et de l’enseignement, en prenant le temps de l’écoute, de l’attention à l’autre, à son savoir-faire et à ses interrogations. Labelle-école ne cherche pas à produire des outils d’apprentissage « clé en main » qui seraient adaptables à tous les contextes : chaque projet élaboré est unique, fruit d’une réflexion collective et d’une rencontre avec des élèves à chaque fois différents.

COMMENT CA MARCHE ?

Tout projet de Labelle-école commence par la rencontre avec un enseignant désireux de faire entrer l’art dans l’espace de la classe.

  • Être à l’écoute. Avant tout, il s’agit d’écouter les envies, les questions, les projets d’un enseignant pour ses élèves, les points du programme scolaire qu’il souhaiterait explorer avec un artiste. Souvent les idées restent floues, c’est pourquoi Labelle-école s’offre à la fois comme un auditeur attentif, pour aider à clarifier le projet, et comme un médiateur pour trouver l’artiste qui viendrait compléter avec pertinence les envies de l’enseignant.

  • Se rencontrer. Une rencontre est organisée avec un artiste qui peut être un comédien, un écrivain, un danseur, un conteur, ou encore un musicien… en fonction des premières idées formulées par l’enseignant. En prenant appui sur le Bulletin Officiel du ministère de l’Éducation Nationale, enseignant et artiste imaginent ensemble des ateliers qui viennent mettre en jeu les savoirs et les compétences que les élèves doivent acquérir au cours d’une année scolaire.

  • Le temps de l’école. Puis l’artiste se rend à l’école – mais Labelle-école peut également accueillir les élèves le temps d’une séance dans les locaux d’Anis Gras – pour donner vie aux ateliers imaginés en amont. Les élèves, guidés par l’enseignant et l’artiste, cheminent au travers de divers « exercices » langagiers ou corporels, qui les font appréhender des points essentiels du programme scolaire. Autant de possibilités de mises en jeu des programmes scolaires que la pratique dart permet.

  • Apprendre et (se) surprendre. À chaque projet, autant de paramètres différents : élèves, enseignants, parents, artistes, attentes, problématiques… et autant de questions à soulever : comment poser des objectifs communs de travail, comment définir sa place respective, comment se glisser dans le temps de l’école, etc. Si les rencontres en amont permettent de discuter toutes ces questions, tout ne saurait être planifié : Labelle-école cherche l’équilibre entre la rigueur des exigences pédagogiques et le moment où les enfants ne réagissent pas comme prévu, où l’inattendu conduit à une nouvelle exploration : rebondir en écoutant les élèves, l’enseignant, l’artiste pour construire un mode d’apprentissage évolutif et vivant.

 

Merci à Dominique Duthuit pour ses écrits, qui ont permis l’élaboration de ce texte.

© Labelle-école