KIDS
Projet multidisciplinaire et intergénérationnel
autour du texte de Fabrice Melquiot
2013-2016

QU’EST-CE QUE TU RACONTES ? — Bosko p. 117

KIDS c’est 5 garçons, 7 filles de 13 à 18 ans au milieu des ruines de Sarajevo sales, hirsutes, compagnons d’infortune d’une guerre qui les a laissés orphelins. Et pourtant, ils restent emplis d’une vie adolescente. Un soir, ils décident de parader, mais personne ne s’arrête pour regarder leur spectacle.

WHAT DID I DREAM ? — Sead p. 47

Mon prochain spectacle, je monte Kids avec des vieux.
— provocation à la sortie d’un théâtre —

L’idée fait son chemin. Lecture de ce texte sous cet angle. Essai de lecture avec des vieux. Révélation. Qui mieux que cette génération a vécu la guerre en France ? s’est construit par rapport à elle ? J’ai 27 ans pour moi la guerre c’est des films, des livres, des témoignages, des musées. Pour eux, c’est normal, la vie, comme ça. À la question est-ce que la guerre a modifié votre adolescence, un seul répond, oui. Ce sera mon SEAD. Les autres racontent leurs diverses activités de l’époque, les KIDS. Et c’est parti. Ce serait « comme si » ils étaient adolescents. Le texte de Fabrice Melquiot propose ce conditionnel, cette étrangeté, cette distanciation bien que les évènements soient fidèlement décrits. Alors pourquoi ne pas jouer jusqu’au bout ?
Maroussa Leclerc

POUR DIRE QUOI ? — Sead p. 108

L’idée consiste à décontextualiser et recontextualiser de façon successive le texte grâce à un travail en amont avec des adolescents et à une forme scénique prise en charge par des vieux. Pour supprimer les filtres et comprendre la profondeur de chaque personnage, les différentes couches qui construisent les kids mais aussi celles de nos contemporains.

Kidsquestionne l’universalité de l’humain, la diversité du vivant et l’intemporalité des sentiments. Le travail ici part d’un premier constat simple : en France, les derniers adolescents à avoir connu la guerre sont nos grands parents. Eux, comprennent sans filtre, de manière très actuelle, ce que vivent les personnages de Fabrice Melquiot.

Mais Kids est une pièce contemporaine, écrite dans les années 2000, elle parle l’adolescent du XXIsiècle. Qui serait plus à même donc, de comprendre les sentiments qui agitent les personnages, et leur mode d’expression, que des adolescents de 2013 ? Si la génération de nos grands parents peut intérioriser le vécu des personnages et donc le diffuser, elle ne peut rendre les sentiments des personnages qu’avec le filtre de l’âge. Si les adolescents d’aujourd’hui, sont, eux, à même de rendre aux sentiments des Kids toute leur actualité, ils ne peuvent qu’imaginer leur vécu.

JE PEUX FINIR ? — Vildana p. 103

Il y a des enfants ayant traversés de telles horreurs qu’ils sont déjà marqués physiquement par la dureté de la vie. Ils ont un corps d’enfant mais sur ce corps est posé un visage de vieillard. Comme s’ils étaient nés vieux. Melquiot, comme un écho, écrit :
« J’aime les enfants qui n’ont tellement pas l’air d’être des enfants qu’ils sont l’enfance elle-même, avec ses inquiétudes, ses doutes, ses ombres et sa magie. » 

Est-il possible de renouer avec l’état d’enfance après après avoir vieilli si vite ? Ensemble, les Kids questionnent à leur façon la vie après… Que sera-t-elle sans la guerre ?

Leurs jeux côtoient sans cesse la mort. L’amour se construit par la force. La parole fait revivre les disparus. Mais la pièce n’est jamais pathétique, elle ne cherche pas à dénoncer. C’est tout juste un appel à la vie. À l’attente…

Et cette notion d’attente crée une nouvelle passerelle entre l’oeuvre de Melquiot et le parti pris de la donner à entendre à travers la bouche et le corps de comédiens âgés. Quels points de rencontre, présents dans la pièce, peut-on trouver entre l’état d’enfance et celui de vieillesse ? Ressurgit au final la question un peu détournée :
« Qu’est-il à attendre de la vie après ? »

ET ÇA VEUT DIRE ? — Admira p. 106

Des personnages de 13 à 18 ans joués par des acteurs de 60 à 84 ans – soutenus par des vidéos d’adolescents expérimentant le texte de Fabrice Melquiot et de témoignages de vieux, adolescents pendant la guerre.

  • 1étape 2013 – recueil de documents sonores auprès de personnes âgées
  • 2étape 2014 – travail vidéo autour du texte de Kids avec des adolescents,
    lors d’un stage organisé pour des jeunes non professionnels
  • 3étape 2014-2015 – résidence de création de la pièce
    avec des comédiens professionnels de 50 à 80 ans
  • 4e étape 2015-2016 – résidence d’une semaine en Ehpad
    avec confection d’un livre sonore
  • 5étape 2016 – mise en place d’une correspondance épistolaire entre les résidents
    d’une Ehpad à Paris, et des collégiens de l’Haÿe les Roses
  • 6étape 2016 – représentations du spectacle KIDS

Maroussa Leclerc Conception et mise en scène
Brune Bleicher Assistanat
Pauline Fontaine Dramaturgie
Mathilde Carpentier Scénographie
Etienne Sens Vidéo
Marion Papinot et Aurélien Bianco Son
Mariana Castillo-López Graphisme
Avec Daniel Berlioux, Agnès Bourgeois, Jacques Brucher, François Clavier, Chantal Deruaz, Coco Felgeirolles, Yedwart Ingey, Marc Mérigot

Ce projet a reçu le soutien de la Spedidam, la Fondation SNCF, la Drac Ile-de-France dans le cadre de l’aide à la résidence, ARCADI Ile-de-France, Anis Gras le lieu de l’autre, la compagnie Suivez-moi jeune homme

 

© Maxence Gourdault-Montagne